La plus belle trahison…Comment reconnaître les hommes cis traîtres à leur genre ?

30713145_1317425675024100_72895585107050496_o

Les hommes cisgenre ne sont fréquentables que lorsqu’ils sont des traîtres à leur genre. C’est ma conclusion, après de nombreuses années à les fréquenter assidument comme partenaires sexuels, comme amoureux, comme amis… Je vous renvoie par exemple à ce très beau manifeste qui m’a collé des frissons : https://rebellyon.info/Nous-ne-viendrons-plus-19244 . Ça parle certes d’un contexte militant, mais à mon sens ça reste valable hors de ce contexte. Je conseille aussi aux types la lecture de ce zine : https://infokiosques.net/spip.php?article1413 , surtout le premier article.

Au cas où ce ne soit pas clair, je précise que la trahison du genre n’exclut pas de la catégorie “homme”, et donc que les hommes concernés restent des dominants, dans notre contexte social. Tous les hommes sont des oppresseurs. Tous ont des comportements de masculinité toxique. Certains luttent activement contre cela. Mais ils ne sont pas à l’abri de flancher, parce qu’ils sont humains. Et même si par une grâce surnaturelle ils étaient dans une parfaite maîtrise de leurs élans de masculinité toxique, ils restent dominants socialement, bénéficiaires du privilège masculin. Et donc des oppresseurs pour les meufs et les personnes assignées meufs, à cause du rapport de domination qui ne peut pas disparaître par magie. Il n’y a pas de « bons hommes », mais par contre, oui, je pense qu’il y a de bons comportements. Enfin, corrects.

Ici, j’ai essayé de dégager différents « points », différentes caractéristiques qui permettent de reconnaître un comportement en relation d’ authentiques traîtres à leur genre.

  1. Ils sont solidaires, y compris en public, avec les personnes d’un genre différent du leur (ex :Ils le disent tout haut si jamais un pote fait ou dit un truc sexiste).

  2. Ils sont conscients que les oppressions systémiques font d’eux des privilégiés et qu’il y a une hiérarchie qui lèse les personnes d’un autre genre que le leur. Ils en tiennent compte dans leur comportement ( ex : Ils font attention à ne pas marcher trop près d’une meuf seule dans la rue la nuit).

  3. Ils restent discrets, ne se servent pas de leur comportement correct pour attirer l’attention sur eux en mode « je fais tellement gaffe regarde comme je suis bon », ou bien « ouin ouin ouin cédurentantqu’homme… »

  4. Ils éprouvent une empathie sincère pour les personnes d’un genre différent du leur (ex : penser à une agression sexuelle les heurte). Empathie à ne pas confondre avec la peur d’être assimilé à l’agresseur parce qu’il est un homme (ex : « Ce récit d’agression sexuelle me heurte parce que « ouin ouin ouin not all men ». »)

  5. Ils sont responsables en relation affective, en faisant toutes les choses citées plus haut, mais en plus, et là ça se corse : – en étant autonomes dans la gestion des limites, que ce soit dans les interactions sexuelles ou émotionnelles (ex : ils attendent pas que tu dises « non » ou que tu les repousses si ils ont un doute sur ton envie. Ils arrêtent, et éventuellement ils demandent ce qui se passe. Mais pour cela, encore faut-il qu’ils s’intéressent à ce qu’on ressent…Pour les limites émotionnelles, ben ils font gaffe à pas te dire des trucs violents et s’adaptent à toi sans que tu aies besoin de leur agiter des panneaux lumineux devant le nez…Comme nous ont fait tout le temps quoi…). – en se montrant indulgents et compréhensifs face aux effets du formatage de genre chez les meufs, tout comme elles-mêmes peuvent se montrer patientes face aux trucs de construction masculine. (Je pense notamment au fait que les personnes ayant une construction de genre féminine ont tendance à prendre soin de l’autre aux dépens de leurs propres besoins, ce qui peut être interprété par l’autre comme de la dépendance et provoquer peur, incompréhension, culpabilité, fuite en hurlant dans la nuit). – en faisant confiance à l’autre pour poser ses limites,même si ça demande du temps, sans l’infantiliser, décider à sa place, se réserver le pouvoir sur les conditions d’existence de la relation…

  6. Ils ne font pas reposer leur charge émotionnelle uniquement sur des meufs ou assigné.e.x.s meufs (ils parlent de leurs soucis sentimentaux avec des potes mecs, par exemple).

  7. En gros, ils sont attentifs à ne pas renforcer l’oppression, et ils sont actifs dans son démantèlement.

Bien sûr la trahison ne peut pas être parfaite et absolue tout de suite. Bien sûr, ça demande une déconstruction, qui ne sera jamais finie. Ça demande de la vigilance. Bref, ça demande du taf, et c’est pas à moi de le faire, mais je le fais quand même un peu, beaucoup, à la folie… Parce que ma sociabilisation me fait côtoyer des mecs cis. Parce que ma construction de genre à moi me pousse à aider les autres. Je le fais par amour pour certains types, que je soutiens là-dedans avec plus ou moins de succès. Et je paie les conséquences de la relativité de leur trahison en en prenant plein la gueule, souvent. En essuyant des manques d’empathie chroniques, des absences de considération, de l’infantilisation, du rejet, de la culpabilisation… Alors je dois dire, je suis un peu fatiguée. Je veux bien filer un coup de main et soutenir ceux que j’aime, mais le manque de réciprocité, bon, ça va cinq minutes. Moi aussi j’essaie de trahir mon genre. Ça fait un paquet d’années que je fais ça. Mais mon éventuel échec ne contribue pas à écraser encore plus des personnes dominées socialement, il ne renforce pas directement leur souffrance. Il ne renforce que la mienne. Les trucs à trahir dans le genre féminin ne le sont que parce que le système s’en sert pour nous écrabouiller. Par exemple, cette envie de prendre soin de l’autre, si c’était à peu près réciproque et équilibré chez toutes les personnes, si c’était pas exploité pour nous extorquer des services (dans le cadre de la société comme dans celui des relations intimes) sans contrepartie, on se ferait pas déboît’ comme ça… Enfin voilà, je commence à m’éparpiller. Gloire aux traîtres, bisous.

En fait non, pas de gloire. Genre, on va glorifier des personnes parce qu’elles ont un comportement juste décent et qu’elles essaient de ne pas nous détruire psychologiquement quand on est en relation avec elles? Hem… Donc, je dirais plutôt : gloire à nous, qui fréquentons des hommes hétérosexuels cisgenres.

  *Suite à certaines discussions, échos : J’ai essayé de décrire, grâce à différents points, ce que j’estime être le minimum syndical de bonne conduite pour une relation saine. J’estime la vigilance par rapport à cela d’autant plus importante qu’elle concerne une relation dans laquelle l’un des protagonistes occupe un statut social privilégié, et est encouragé par les normes liées à son genre à adopter des comportements toxiques en relation. C’est peut être exigeant, mais euh… je mets mes standards où je veux et je suis libre de les partager. Surtout que je pense qu’ils sont pas si fous que ça. L’utilisation d’un vocabulaire lié à la martialité et à la pureté est ironique. Mettre côte à côte « authentique » et « traître » était pour moi manifestement ironique, ces deux termes se contredisant dans leur sens même et dans leurs connotations… Ce n’était peut être pas suffisamment clair, et le ton n’est peut être pas adapté à un texte se voulant explicatif. Je veux bien que ce texte ne soit pas parfait, mais c’est un sujet qui me concerne très directement, et je me casse le cul à écrire, ce serait pas mal d’être au minimum bienveillant.e.s. Merci.

 

* Ah tiens, je vois qu’il y a soudain des nouvelles vues sur ce post. Du coup je le relis et je vais probablement modifier des trucs pour lesquels je suis plus d’accord avec moi-même, notamment l’utilisation du terme “masculinité toxique”, et puis peut-être il faut le reécrire complètement…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s